Marquer les ombres de Veronica Roth.

5 mars 2017

Date de sortie : 17 janvier 2017.
Pages : 471. 
Edition : Nathan.

 

« Je n’ai pas choisi le sang qui coule dans mes veines. Pas plus que tu n’as choisi ton destin. Toi et moi, nous sommes devenus ce qu’on nous a fait devenir. »

 

Résumé

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un « don », un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider ou décider de se détruire.

 

Mon avis

En débutant cette lecture, j’avais décidé de laisser de côté mes aprioris sur Veronica Roth. Car oui, je fais partie des personnes qui ne portent pas forcément dans leur cœur sa précédente saga Divergente.
Je me suis donc procurée Marquer les ombres peu de temps après sa sortie, mais je n’arrivais pas du tout à me lancer dans cette lecture. Alors, quand Salomé de la chaîne Kiss The Librarian m’a proposé de faire une lecture commune, j’ai sauté sur l’occasion.

« L’ennui, avec les gens persuadés d’être des monstres, c’est qu’ils vous soupçonnent de mentir dès que vous ne les voyez pas comme eux se voient ».

Le point positif de ma lecture est qu’à aucun moment j’ai pensé à Divergente. J’ai détaché le roman de son auteur pour essayer d’avoir une lecture la plus objective possible. De plus, j’étais intriguée par le résumé, c’était totalement le genre d’histoire qui pouvait me séduire.

J’ai trouvé l’univers assez complexe, on nous donne vraiment des informations au compte goutte. Du coup, j’ai eu des difficultés à m’imaginer l’univers qui entourent les personnages.
On fait connaissance assez rapidement avec de nombreux personnages qui ont tous des noms assez difficiles à retenir. Et j’ai mis un certain temps à me souvenir qui était qui par rapport à qui.
De plus, la mise en place de l’intrigue est assez longue, j’ai commencé à trouver le récit dynamique à partir de la moitié du livre.

« Je ne voulais pas qu’on m’apaise. Cette douleur, je la méritais. »

Pendant tout le roman je n’ai pas arrêté de penser à la saga Insaisissable de Tahereh Mafi. J’ai trouvé beaucoup de points communs entre son histoire et celle-ci, surement à cause des pouvoirs des personnages principaux.
D’ailleurs, je n’ai pas du tout réussi à m’attacher aux deux personnages principaux Akos et Cyra. Je trouve que leur romance se met en place beaucoup trop rapidement.

Je trouve que le livre n’arrive pas à se démarquer, l’histoire de base reste classique deux jeunes qui viennent de deux milieux différents qui s’affrontent et qui vont finir par se rapprocher. On en oublierait presque l’histoire de base tellement la romance prend de plus en plus de place au fil de notre lecture.

« En principe, le destin d’une personne n’est rendu public qu’après sa mort, et n’est connu jusque-là que de lui même et de ses proches. »

Malgré cette lecture mitigée, la fin a su me captiver et me donne vraiment envie de lire la suite. On termine ce roman avec de nombreuses révélations. Cependant, je n’achèterais pas forcément le deuxième tome dès la sortie de celui-ci.

26 ans, habitante de Central City, passionnée de lecture avec une préférence pour les dystopies. Fière de représenter ma maison, Serdaigle. J'aime me promener dans les Highlands au côté de Jamie !

Un commentaire

  • manicure 8 mars 2017 à23 h 17 min

    I couldn’t resist commenting. Exceptionally well written!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *